TVA sociale

Toutes les questions économiques

TVA sociale

Messagede PhD » 07 Jan 2012, 23:14

Pour lancer ce sujet d'actualité, qui mérite de ne être un sujet de politocards, cet article de Vncent Bénard http://www.objectifliberte.fr/

L'article
La connerie, c'est comme le judo, il faut utiliser la force de l'adversaire (Jean Yanne)
Avatar de l’utilisateur
PhD
 
Messages: 4347
Inscription: 15 Aoû 2006, 14:03

Re: TVA sociale

Messagede Saturnin » 08 Jan 2012, 00:53

C'est un mauvais article, pas argumenté, c'est d'une indigence intellectuelle rare, et ça sent le maniaque qui veut refiler sa came, en l'occurrence, la -- totalement démonétisée intellectuellement -- capitalisation, qui ferait rire si elle n'avait pas ruiné la retraite de millions d'Anglo-Saxons gogos qui ont joué leur retraite au casino de la Bourse, où pourtant tout le monde sait que la roue de la roulette est truquée avec un bouton et un clou par, notamment, un croupier malhonnête dénommé Goldman Sachs.

C'est le drame des formations dévaluées, du bac B et des filières pour fâchés avec le calcul dès le plus jeune âge, c'est que n'importe quel crétin se prétend impunément "économiste", puisque l'appellation n'est pas protégée comme pour les professions sérieuses (médecin, coiffeuse, ingénieur, pâtissier, jongleur...) Je repense toujours à ce séjour de ski à 18 ans avec un copain de terminale de l'année précédente et, notamment, son cousin. Ledit cousin, bac B, faisant un truc genre fac de "sciences" éco. Il avait apporté un manuel pour réviser. Je feuillette. Je tombe sur une vingtaine de pages expliquant laborieusement avec quelques petits dessins ce qu'était... une dérivée partielle. Je souris et je passe à autre chose.

Sans vouloir une fois de plus enfoncer le clou au point de passer pour maniaque, je rappelle juste que seuls deux Français on eu le (discuté et pas "authentique") "prix Nobel de sciences économiques" : Gérard Debreu et Maurice Allais, le premier ayant hélas lâché sa nationalité pour une autre. Je laisse chacun vérifier leurs pedigrees pour se convaincre que l'économie, c'est comme la philosophie : tout le monde peut croire avoir le droit d'en parler, mais pour en parler sérieusement, il faut un socle intellectuel minimum. Pour autant, il y a beaucoup moins de gens se prétendant faussement "philosophes" que de guignols à qui la dérivée partielle donne des maux de tête qui ont le culot de se dire "économistes".

Le physicien Planck avait dit un jour à Keynes "j'ai choisi la physique parce que l'économie, c'est trop compliqué". Je suis souvent de cet avis, et, bien qu'ayant étudié pas mal de ces choses après avoir acquis les outils mathématiques indispensables pour les aborder honnêtement, je suis toujours perclus de doutes face à bien des questions de nature économique ; et rien ne m'horripile tant que les gens, de quelque bord que ce soit, qui abordent le sujet avec un aplomb rigoureusement proportionnel à leur ignorance.

Imagine-t-on un débat sur le dimensionnement de la fusée Ariane sur un plateau télé avec des gens s'envoyant des noms d'oiseau ?

"Mais mon pauvre Lambert, vous voulez encore rajouter un dixième de mm d'épaisseur à la tôle : c'est exactement ce qu'a voulu faire Alphonse Troudbal en 1972 : dois-je vous rappeler la façon dont sa fusée est tombée en mer à 2,5 km de Kourou ? C'est ça que vous voulez ? Enfin, je prends les téléspectateurs à témoin, c'est d'une simplicité enfantine : si c'est plus épais, c'est plus lourd, et si c'est plus lourd, ça tombe !" (applaudissements du public)

"Je vous reconnais bien là monsieur Lefèvre : ce sont des ingénieurs comme vous qui ont conçu la fusée qui a pété en 1974 en retombant en millions de morceaux de Cayenne à Kourou : vous vouliez faire une tôle tellement légère qu'elle a commencé à vibrer dès la mise à feu, atteint la fréquence de résonance, et dès que l'écoulement de gaz est passé du laminaire au turbulent, la fusée a d'abord eu le hoquet, puis la tôle s'est fendillée, tout a pété et le Cosmogol 99 s'est dispersé dans toute la Guyane au point que plusieurs singes de la forêt ont commencé à perdre leurs cheveux et à développer un intense prurit dans la région anale ; c'est ça que vous voulez ? Une fusée faite avec du papier à cigarettes ?" (applaudissements du public)

"Eh bien messieurs, je vous interromps un instant, car nous avons les premiers résulats du sondage Minitel réalisé par CSA-Ifop-Europe-RTL et Alain Duhamel :
Pensez-vous qu'il faut rajouter un dixième de mm à la tôle de la fusée ?
OUI : 48,7 %
NON : 51,3%
Jérôme Jaffré, un commentaire ?
Oui Robert : tout d'abord, j'ai les résultats plus détaillés : je constate que les hommes de 18 à 24 ans bac+2 ou moins sont les plus défavorables à la tôle épaisse. Je crois qu'on peut expliquer cela par la quantité importante de motards parmi eux, sensibles à la question du poids et aux nouveaux matériaux plus légers. J'ajoute que leur pratique habituelle du bowling le vendredi soir à côté du centre commercial de Glouvisy-2 à Garce-les-gonzesses leur fait prendre conscience de la difficulté qu'il y a à contrôler la trajectoire d'une masse importante.
Inversement, chez les femmes actives de 21 à 39 ans diplômées bac+4 et plus et pesant moins de 62 kg, on constate un réel enthousiasme pour la bonne grosse tôle : besoin évident de protection.
Merci Jérôme. Eh bien vous le voyez monsieur Lambert, vous avez encore un effort à faire pour convaincre une majorité de Français de voter l'accroissement de 6,8 % de l'épaisseur de la tôle des réservoirs des lanceurs Ariane 32. Mais bien entendu, vous disposez encore de 12 semaines d'ici le référendum pour affiner votre message avec votre agence - Publicis ou McCann Erickson ? - et votre conseiller en communication Thierry Saussez. Monsieur Lambert, comment allez-vous convaincre le segment fondamental des motards qui jouent au bowling et sont syndiqués à la CGT pour moitié et au GUD pour l'autre ? Je rappelle qu'aucun référendum sur l'industrie aérospatiale n'a jamais été gagné contre ce segment structurant des populations suburbaines chez lesquels se trouvent nombre de
leaders d'opinion, comme nous disons dans notre jargon de spécialistes des sciences politiques et économiques."


Communication et Stratégies, numéro du 36 avril 2027 :

Le secret de la communication de Lefèvre : des messages simples et incisifs

On l'a encore vu la semaine passée sur France 2, Brandon Lefèvre, bac B option couture-IEP-Assas-MBA de Kentucky State University et célèbre dans le monde de l'industrie comme "cost killer" a défendu brillamment son programme de réduction des coûts de matières premières avec un argument simple qui a convaincu, selon les enquêtes, 5 millions de téléspectateurs : « si c'est plus épais, c'est plus lourd, et si c'est plus lourd, ça tombe ».

D'après Jessica Duronflard et Kévin-Grégory Latronche, experts en communication économique au Centre International de Communication Stratégique : « c'est un message limpide qu'on n'avait pas entendu depuis des années. Certains n'hésitent pas à parler d'un coup à la Séguéla. Face à Lefèvre, le major de Polytechnique Aymeric Lambert, PhD au MIT, Herr Doktor à Düsseldorf et Ingegnere Cum Preziosissima Laude à Bologne n'a pas tenu le choc. Il a craqué en parlant de "fréquence de résonance". Nous ne savons pas nous-mêmes de quoi il s'agit, mais les électrodes implantées sur les cerveaux de notre panel ont montré que 97% des cerveaux ont été ébranlés en entendant ce terme ».

Bref, Lefèvre est bien parti cette année encore pour être récompensé à Cannes par le prix du "Communiquant de l'année"
Avatar de l’utilisateur
Saturnin
 
Messages: 10799
Inscription: 06 Nov 2006, 20:44

Re: TVA sociale

Messagede Willsdorf » 08 Jan 2012, 02:16

Saturnin a écrit:C'est le drame des formations dévaluées, du bac B et des filières pour fâchés avec le calcul dès le plus jeune âge, c'est que n'importe quel crétin se prétend impunément "économiste", puisque l'appellation n'est pas protégée comme pour les professions sérieuses (médecin, coiffeuse, ingénieur, pâtissier, jongleur...) Je repense toujours à ce séjour de ski à 18 ans avec un copain de terminale de l'année précédente et, notamment, son cousin. Ledit cousin, bac B, faisant un truc genre fac de "sciences" éco. Il avait apporté un manuel pour réviser. Je feuillette. Je tombe sur une vingtaine de pages expliquant laborieusement avec quelques petits dessins ce qu'était... une dérivée partielle. Je souris et je passe à autre chose.

Si ça peut te rassurer, l'immense majorité des élèves des écoles de commerces (les vraies pas les trucs genre INSEEC pour fils à papa), les écoles d'ingénieur financier, ou de Cachan section éco gestion ont tous fait un bac scientifique. Je sais pas pourquoi tu parles du bac économie et social, tout le monde sait que ce bac est une grosse blague, qui ne sert qu'à refourguer des manuels rédigés par le Front de Gauche.
Willsdorf
 
Messages: 1818
Inscription: 14 Fév 2009, 18:57

Re: TVA sociale

Messagede Saturnin » 08 Jan 2012, 02:49

Willsdorf a écrit:Je sais pas pourquoi tu parles du bac économie et social, tout le monde sait que ce bac est une grosse blague, qui ne sert qu'à refourguer des manuels rédigés par le Front de Gauche.


Deux exemples : Nagy-Bocsa (au rattrapage), Copé.

Eh bien, ces guignols... ça cause... d'économie !

Déjà, si on avait pu éviter ça...
Avatar de l’utilisateur
Saturnin
 
Messages: 10799
Inscription: 06 Nov 2006, 20:44

Re: TVA sociale

Messagede PhD » 08 Jan 2012, 20:58

Canard, cet article est une synthèse, donc forcément un peu court
Pour les lecteurs pressés, en voici une synthèse que j'espère accessible


En terminale C, j'étais plutôt bon en maths ni en physique.
Grosso modo, l'éco, ce n'est pas ma spé, alors j'essaie d'apprendre un peu en lisant et en écoutant
Et je retiens ce qui me semble cohérent et ce qui n'est pas une répétition de tout ce qui a lamentablement merdé depuis quelques dizaines d'années.

Tu peux te farcir tous les articles de Bénard ou de H16 http://h16free.com/ou de contrepoints si tu veux.
La connerie, c'est comme le judo, il faut utiliser la force de l'adversaire (Jean Yanne)
Avatar de l’utilisateur
PhD
 
Messages: 4347
Inscription: 15 Aoû 2006, 14:03

Re: TVA sociale

Messagede Willsdorf » 09 Jan 2012, 02:49

Saturnin a écrit:
Willsdorf a écrit:Je sais pas pourquoi tu parles du bac économie et social, tout le monde sait que ce bac est une grosse blague, qui ne sert qu'à refourguer des manuels rédigés par le Front de Gauche.


Deux exemples : Nagy-Bocsa (au rattrapage), Copé.

Eh bien, ces guignols... ça cause... d'économie !

Déjà, si on avait pu éviter ça...

Ces gens-là, ils changent d'avis régulièrement sur à peu près tout, ils n'y comprennent rien: l'économie, ça reste pour eux un truc un peu compliqué mais dont il faut parler, c'est au mieux un catalogue de mesures.
Ils sont tellement tous nuls que Mélenchon a réussi à apparaitre comme un gars intelligent lorsqu'il propose des plans quinquennaux organisés par un comité central et financés par une planche à billet et des taxes sur les riches. Et jamais personne pour contredire cet ivrogne sur un plateau télé, c'est dingue.

Pour le reste, il n'est pas non plus nécessaire d'être Polytechnicien pour savoir qu'imprimer des billets augmente les prix, contrôler les prix provoque la pénurie, augmenter le Smic met les non-qualifiés au chômage, taxer la production ralentit l'activité, ou que payer des gens à creuser des trous puis à les reboucher ("plan de relance") revient à arroser le désert. Ca, ce sont des lois, d'application aussi systématique que la loi de la gravitation.
Willsdorf
 
Messages: 1818
Inscription: 14 Fév 2009, 18:57

Re: TVA sociale

Messagede Saturnin » 09 Jan 2012, 22:56

Willsdorf a écrit:Pour le reste, il n'est pas non plus nécessaire d'être Polytechnicien pour savoir qu'imprimer des billets augmente les prix, contrôler les prix provoque la pénurie, augmenter le Smic met les non-qualifiés au chômage, taxer la production ralentit l'activité
...
Ca, ce sont des lois, d'application aussi systématique que la loi de la gravitation.


J'ai vécu une bonne partie de ma prime enfance dans la fin des trente glorieuses, quand un cyrard ancien général avait commencé une carrière de dictateur à soixante-sept ans, qu'un normalien lettres lui avait succédé et qu'un polytechnicien était rue de Rivoli à l'Économie et aux Finances et où :
- on imprimait des billets sans que les prix montent en flèche. Il y a une équation très simple qui définit la quantité optimale de monnaie et est le truc de base de l'équilibre des marchés financiers, c'est dans le Stoléru (X) pour grands débutants chez Dunod
- on contrôlait un paquet impressionant de prix dont naturellement la baguette et tout le monde mangeait à sa faim
- le Smig, devenu ensuite Smic, augmentait à un rythme supérieur à la croissance sans chômage de masse
- l'Impôt sur les Sociétés était de temps immémorial de 50% quelle que soit la taille et le CA de l'entreprise.

Donc, ce ne sont pas des lois.

L'économie, donc, comme je disais plus haut, ça nécessite un tout petit minimum de travail, comme toutes les autres disciplines.

Quod erat demonstrandum.
Avatar de l’utilisateur
Saturnin
 
Messages: 10799
Inscription: 06 Nov 2006, 20:44

Re: TVA sociale

Messagede Willsdorf » 10 Jan 2012, 00:17

Saturnin a écrit:J'ai vécu une bonne partie de ma prime enfance dans la fin des trente glorieuses, quand un cyrard ancien général avait commencé une carrière de dictateur à soixante-sept ans, qu'un normalien lettres lui avait succédé et qu'un polytechnicien était rue de Rivoli à l'Économie et aux Finances et où :
- on imprimait des billets

C'est justement quand ce dictateur de 65 ans est arrivé au pouvoir que après 58, sous conseil de Rueff (un Polytechnicien !) et de Pinay, la France a limité en pratique l'émission de billets par la Banque de France. C'était au contraire sous la IVe République que l'inflation était régulièrement à deux chiffres.

Le contrôle des prix était une pratique à l'Est. Lorsque le prix de vente, fixé par des bureaucrates, était inférieur au prix de prix de production, eh bien les magasins étaient vides, ce qui a donné un fameux sketch des Inconnus sur les Chiffres et les lettres en polonais.

Lorsqu'un gouvernement impose à un patron de payer un employé non-qualifié (donc qui produit une très faible valeur ajoutée) à un niveau plus élevé, la marge est faible. Et bien si il n'y gagne presque rien, il embauchera moins. Si on met le Smic à 1700 euros (proposition loufoque du Front de Gauche), un mec sans aucune qualification aura un peu de mal à trouver un emploi du type plongeur dans un restaurant ou veilleur de nuit, à moins de travailler au noir. On se demande pourquoi le marché du travail est plus fluide au Royaume-Uni ou en Allemagne, où le salaire minimum est plus faible, ou uniquement sectoriel.

Saturnin a écrit:cyrard normalien polytechnicien blablabla

J'ai entendu parler d'un tout jeune Polytechnicien qui a bossé pour une filiale de Renault à l'étranger. Fier comme un paon de ses diplômes, il a débarqué dans le staff en levant le nez si haut que les gens pensaient que c'était pour ne pas sentir sa propre haleine. Ses collègues: des types qui avaient fait des études bien moins prestigieuses, mais qui étaient arrivés là par l'expérience. Quelques mois plus tard, le mec a été débarqué pour incompétence crasse et incompatibilité d'humeur: il prétendait apprendre à des vieux de la vieille la façon de faire leur boulot.
Willsdorf
 
Messages: 1818
Inscription: 14 Fév 2009, 18:57

Re: TVA sociale

Messagede Lou Landès » 10 Jan 2012, 10:07

Willsdorf a écrit:C'était au contraire sous la IVe République que l'inflation était régulièrement à deux chiffres.

Je crois pourtant me souvenir de taux d'inflation compris entre 10 et 15 % dans les années 70 !
Et dans ces années (que certains n'hésiteront pas à qualifier de "noires"), il n'était pas nécessaire de s'endetter sur 30 ans pour acheter son logement : 15 ans d'un endettement moyen suffisaient. Et grâce à l'inflation, les remboursement devenaient de plus en plus légers, dès les 3 ou 4 premières années passées.
"Je me suis toujours fait une certaine idée de la France"
Charles de Gaulle - (Mémoires de guerre)
Avatar de l’utilisateur
Lou Landès
Administrateur du site
 
Messages: 13432
Inscription: 27 Mar 2006, 17:11
Localisation: Pays de Cocagne

Re: TVA sociale

Messagede Willsdorf » 10 Jan 2012, 13:43

Lou Landès a écrit:
Willsdorf a écrit:C'était au contraire sous la IVe République que l'inflation était régulièrement à deux chiffres.

Je crois pourtant me souvenir de taux d'inflation compris entre 10 et 15 % dans les années 70 !
Et dans ces années (que certains n'hésiteront pas à qualifier de "noires"), il n'était pas nécessaire de s'endetter sur 30 ans pour acheter son logement : 15 ans d'un endettement moyen suffisaient. Et grâce à l'inflation, les remboursement devenaient de plus en plus légers, dès les 3 ou 4 premières années passées.

Oui, l'inflation a redécollé après le choc pétrolier, mais je parlais des années De Gaulle.
Willsdorf
 
Messages: 1818
Inscription: 14 Fév 2009, 18:57

Suivante

Retourner vers Économie française et mondiale

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron

x